Tu ne te rends pas compte

"Tu ne te rends pas compte du courage qu'il me faut chaque jour pour te parler, te sourire, ou même te dire bonjour...

Tu ne te rends pas compte à quel point la situation est difficile à vivre pour moi. Tu sais, tu as beau dire à quel point c'est compliqué pour toi, tu ne t'imagines pas à quel point je souffre. Toi tu as un peu la position idéale, sans mauvais jeu de mot.

Tu ne te rends pas compte à quel point c'est difficile de me dire quand je me couche seul tous les soirs que la seule personne que j'aimerais avoir dans mes bras pour m'endormir est avec un autre qu'elle ne veut pas quitter par peur de le faire souffrir... Mais moi je suis quoi pour toi ? Tu me dis que c'est moi que tu veux mais tu ne fais rien pour ; j'ai l'impression de passer pour un con qu'on laisse attendre en lui faisant miroiter l'obtention d'un rêve qui n'est en fait qu'un mirage.

Tu ne te rends pas compte que ça me rend malade, que je n'en dors plus la nuit à force de cogiter, de réfléchir aux raisons qui font que tu n'es toujours pas avec moi. Je te trouve toutes les excuses du monde, parce que j'ai confiance en ce que tu me dis mais ça ne m'aide pas aller mieux parce qu'au final la situation ne change pas : c'est chez lui que tu vis et c'est avec lui que tu es en couple.

Tu n'imaginees pas à quel point je me déteste de me faire avoir comme ça, je sais que je devrais te dire "stop, arrête maintenant, tu n'as pas le droit de jouer avec deux personnes comme ça, alors prends ta décision maintenant et ne reviens plus dessus". Parfois, très souvent même, j'ai envie de te le dire, je me motive pour le faire, mais chaque fois que je veux me lancer, je repense à tous ces moments qui me donnent envie de t'attendre et que je pourrais perdre définitivement après. C'est idiot parce que je me raccroche à un espoir qui, j'en ai bien peur, malgré ce que tu veux bien dire n'a pas lieu d'être. Je suis un naïf, utopiste, doté d'une propension à se laisser avoir sur ces sujets-là...

Je ne demande pourtant pas grand chose, mais tu ne te rends pas compte toi que pour moi c'est important. Je crois qu'au delà de l'espoir, j'ai juste besoin d'être fixé pour pouvoir tenter de tourner la page...

Tu ne te rends pas compte comme ça fait mal de t'imaginer passer tes soirées avec lui alors que tu m'envoies des messages pour me dire que tu veux le quitter. Ça me détruit à petit feu je le sais, mais je n'arrive pas à réagir, à faire en sorte que ça aille mieux... Il y a beaucoup trop de choses à prendre en compte d'un coup et je me raccroche à cet espoir pour repartir de l'avant.

Tu ne te rends pas compte à quel point j'ai peur du futur parce que je ne vois rien... Tout le monde autour de moi réussit à trouver la bonne personne, à se construire un véritable avenir avec des projets à deux, et moi ? Je ne suis même pas capable de te faire accélérer les choses, de te faire comprendre que je n'en peux plus d'attendre et que tu es en train de faire la bêtise de ta vie."

 

Il reposa son stylo sur la table, prit la feuille entre ses mains et l'approcha de son visage pour déchiffrer les mots au travers des larmes qui inondaient ses yeux. Il relut la lettre, tremblant d'émotion en essayant d'imaginer comment elle pourrait réagir. Finalement, il froissa le papier et le jeta de rage contre le mur de son salon. Bien sûr qu'il aurait du lui donner, bien sûr qu'il aurait du lui en parler, mais il savait pertinemment que jamais il ne le ferait.

 

 

Commenter cet article