Rupture

Ca fait quelques temps déjà qu'il ne sort plus, il s'est enfermé dans sa solitude, prenant ses distances avec les gens qui l'entouraient d'habitude. Dans son appartement, rien n'a bougé depuis qu'elle est partie, ses photos sont toujours là, photos d'une époque désormais révolue mais que lui ne veut pas quitter ; c'est pourquoi il s'est déconnecté du monde, et le soir parfois, après avoir trop bu, seul chez lui, il lui semble qu'elle est toujours là et que ce vide implacable qu'il ressent depuis 1 an maintenant n'était qu'un cauchemard...

Un an qu'elle l'a quitté pour un autre, mais pour quelles raisons au juste ? Cet autre n'est pas mieux que lui. Seulement lui n'a pas su être à l'écoute au moment où elle en avait besoin et c'est comme ça qu'elle s'est rapprochée de "l'autre". Celui-ci est devenu son ami, puis son confident, ils se sont rapprochés de plus en plus jusqu'à passer la frontière qui sépare l'amitié de l'amour. Il se souvient comme si c'était hier de la façon dont tout s'était terminé, elle avait découché un soir, prétextant soutenir moralement une de ses amies qui n'allait pas bien, et il l'avait cru. Il n'avait d'ailleurs aucune raison de douter car tout allait pour le mieux dans leur couple.

Elle était rentrée le lendemain soir avec une tête d'enterrement, il avait tout de suite senti que quelque chose n'allait pas
    - Ecoute Julien, je dois t'avouer quelque chose... Je n'étais pas chez Julie hier soir, je t'ai menti. J'ai passé la soirée avec Marc, nous avons discuté et puis... Il m'a embrassée...
    - Mais tu l'as repoussé n'est ce pas ? Julien avait dit cela sans grande conviction car au fond de lui il savait que ce n'était pas le cas.
    - Non, j'en avais envie aussi, dit-elle en baissant les yeux, et ensuite nous sommes allés chez lui et nous avons fait l'amour. Et je dis bien fait l'amour et non baisé car c'est ce que j'ai ressenti.
Une première larme roula sur la joue de Julien qui eut dû mal à étouffer les sanglots qui montait.
    - Mais pourquoi ? Pourquoi me dis tu ça ? Tu pouvais en rester à ton mensonge et rien n'aurait changé entre nous... Veux tu vraiment gâcher nos 4 années de vie de couple ?
    - Si je te dis la vérité Julien, c'est justement parce que je tiens à toi et que je te dois la vérité. Depuis plusieurs mois j'avais besoin de parler, de quelqu'un qui soit à mon écoute. Mais toi tu n'étais pas là, tu vivais dans ta bulle sans te rendre compte de rien. J'ai essayé de t'alerter mais tu n'as rien vu, ou tu ne voulais rien voir... Je ne sais pas d'ailleurs. Et puis j'ai rencontré Marc, lui a été là pour moi et je suis tombé amoureuse de lui.
    - Alors c'est ça, tu jettes nos 4 ans pour te taper le premier type venu du moment qu'il t'écoute. Mais putain Sophie, tu ne peux pas me faire ça, nous faire ça !!!!  Je t'aime comme un fou depuis toujours, je ne veux pas te perdre et pourquoi ne pas m'avoir dit que tu avais besoin de mon soutien et que tu n'allais pas bien en ce moment ? J'aurais été là, tu le sais.
    - Mais c'était à toi de t'en rendre compte Julien !!!! Je t'ai envoyé les signes, j'ai essayé de te faire comprendre mais tu n'étais pas vraiment là... Tu es resté de puis toujours dans cette première année que nous avons passé ensemble, croyant que sans aucun effort ça resterait comme ça... Mais ce n'est pas ça un couple et moi je n'en peux plus, je n'en veux plus non plus.
    - J'en ais assez entendu, je ne peux pas rester là, je...je...j'ai besoin d'air.
Julien n'arrivait plus à se calmer, il était en rage et ne pouvait pas continuer cette discussion dans cet état. Sans même prendre la moindre affaire, il se précipita vers la porte d'entrée et sortit, dévalant les escaliers quatre à quatre, ignorant les appels de Sophie. Une fois dans la rue, il se mit à sprinter pour s'éloigner le plus vite possible de cet endroit. Il s'arréta loin, très loin de l'appartement, à bout de souffle et en larmes.
Il venait de réaliser qu'il avait tout gâcher avec julie car petit à petit il s'était enfermé dans une routine de confort sans faire le moindre effort pour elle. Il s'était laissé aller, alors qu'il aurait dû continuer à être à son écoute et la séduire...Et il l'avait finalement perdue. Il se haïssait pour ça, il s'arrêta devant une supérette, et s'engouffra à l'intérieur. Il se dirigea vers le rayon des alccols et pris un bouteille de Vodka, il fouilla dans ses poches mais se rendit compte qu'il n'avait pas pris son porte-feuille. Il regarda le gérant affairé à la caisse avec des clients, il se décida alors à la voler. Il la glissa sous son pull et se dirigea tranquillement vers la sortie, essayant de faire comme si de rien n'était. Le gérant trop occupé à la caisse ne le remarqua même pas et il se retrouva dehors. Il descendit quelques rues et s'assit sur un banc commençant à boire directement à la bouteille. L'acool lui brûlait la gorge mais il espérait oublier, seulement il cogitait trop et n'arrivait pas à s'ôter la scène de ce soir de la tête. Il s'écroula par terre, vaincu par l'alcool.

Quand il ouvrit les yeux, il se demanda où il était. Il avait un mal de crâne pas possible, et soudain tout lui revint : les aveux de Sophie, sa fuite, le vol de la bouteille d'alcool, et sa descente aux enfers qui suivit. Il se remit debout avec peine et se décida de rentrer à l'appartement pour tenter d'avoir uen conversation avec Sophie et tenter de la reconquérir...

Il arriva à l'appartement et sonna à l'interphone pour voir si elle était restée. Aucune réponse, il composa donc le code et entra dans l'immeuble. Arrivé devant la porte, il tourna la poignée et entra. Elle avait vu qu'il n'avait pas pris ses clés et avait laissé ouvert... Il fit un tour rapide de l'appartement, mais ne la trouva point. Il s'avachit sur le canapé, se prenant la tête des deux mains et c'est alors qu'il vit une enveloppe, posée sur la table basse avec son nom inscrit dessus. Il reconnu tout de suite l'écriture de Sophie. Il prit l'enveloppe et l'ouvrit. A l'intérieur une lettre :
"Julien,
Pardonne moi pour la façon dont ça c'est passé hier, j'en suis totalement responsable. Mais tu comprends je te devais la vérité par rapport à ce que nous avons vécu. Tu sais, tu es vraiment la personne que j'ai le plus aimé : tu me faisais rire en toute circonstance et avec toi j'avais l'impression d'être la plus belle. Seulement au fil du temps j'ai perdu ce Julien là, tu t'es éloigné et j'ai essayé de faire quelque chose même si tu me disais le contraire tout à l'heure...
Avec Marc ce n'était pas prévu, nous nous sommes rapprochés petit à petit. Je lui parlais de ma vie, de mes problèmes de couples et c'est en lui en parlant que je me suis rendue compte que nous deux ça ne marchait pas. J'ai pourtant continué à essayer de nous sauver mais tu étais aveugle et refusait d'ouvrir les yeux....
Je sais que ça va être difficile pour toi et ne crois pas que ce sera simple pour moi. On ne jette pas une histoire aussi longue comme ça à la poubelle sans qu'il n'en reste rien. Seulement, nous allions droit dans le mur alors il était temps que l'un d'entre nous prenne la décision qui s'imposait.
Je sais bien ce que tu vas me dire, que tu peux te racheter et changer, que tout ira meiux maintenant mais ce n'est pas uniquement tit qui est la cause de l'échec de notre couple. Nous en sommes tous les deux responsables pour diverses raisons alors je suis désolée mais non il n'y aura pas de deuxième chance. Tu dois probablement m'en vouloir énormément mais je ne peux pas continuer dans une relation qui finira par nous détruire tous les deux. Ce n'est pas ce que je veux alors je pars.
J'ai pris toutes mes affaires cette nuit, donc je ne reviendrai pas. J'ai également supprimé ton numéro de mon répertoire pour éviter que je t'appelle lors de mes plus que probables futurs coups de blues qui me feront penser à toi... Comme tu le vois, je suis plus que décidée et rien ne me fera changer d'avis alors s'il te plaît n'insiste pas. Recommence une nouvelle vie, sors, rencontre de nouvelles filles et cette fois-ci ne les perd pas en chemin comme tu l'as fait avec mois. Et surtout oublie mois, c'est mieux pour toi et pour nous.
Je te demande pardon pour le mal que je fais mais c'est pour notre bien et je suis persuadée que tu le comprendras un jour.
Je ne t'oublierai jamais Julien, tu as été mon premier véritable amour et je t'aimerai toujours.

Sophie"
Julien reposa la lettre, son monde était anéanti, il se dirigea vers la chambre pour se coucher dans le lit qui avait gardé l'odeur de Sophie...

Ca fait un an aujourd'hui, et il n'a toujours pas réussi à l'oublier. En même temps il n'a rien fait pour et n'a pas non plus l'intention de le faire. Sophie est toujours avec Marc à ce qu'il paraît, il lui a plusieurs fois envoyé des message, ou même essayé de l'appeler, le plus souvent les soirs où il buvait, mais elle n'a jamais répondu. Il vit dans le passé, entouré de photos d'elle, d'eux deux. L'appartement n'a pas changé depuis ce fameux soir car il ne veut pas oublier, il veut encore croire qu'elle reviendra et que cette rupture n'est pas définitive et pour cela il a besoin de tout ces souvenirs ; même si une partie de lui, sait qu'elle ne reviendra jamais.

Commenter cet article