Même quand j'ai tort, j'ai raison

Comme promis retour sur la Charette Story pour ce petit post d'un samedi matin avant compétition. Non même pas mal de se lever à 6h15 un samedi au lieu de faire une bonne grasse mat...

 

La star

On ne change pas une équipe qui gagne, alors vous l'aurez devinez c'est ici le grand retour de mon ami Bernard. Il est une source intarissable d'anecdotes et d'histoires franchement drôles à raconter (sur le coup un peu moins amusant à vivre mais au final on s'y fait). Et puisque vous le plebisciter tous pourquoi se priver de ses aventures ?

 

L'histoire

Cette fois il va falloir faire travailler un peu votre mémoire ou alors regarder les anciens articles de la charette... Souvenez de la première histoire avec Bernard, celle où il avait pris ma place dans une des voitures et où un échande de sms c'était terminé en insultes ; c'est bon vous remettez ?

Suite à ces insultes de la part de Bernard, j'en ai parlé le même jour pendant le trajet du retour aux 3 personnes qui étaient dans la voiture avec moi. Ils ont trouvé sa réaction anormale et m'ont conseillé d'écrire un mail à tous les membres de la Charette pour les mettre au courant afin que cela ne se reproduise plus et que Benrard se calme un peu.

Je dois avouer que j'ai beaucoup hésité avant de le faire parce que je voulais pas vraiment envenimer la situation et en rajouter une couche. Et puis je me suis dit qu'il y avait déjà la moitié de la Charette qui était au courant, j'ai donc écrit un mail à tout le monde (incluant Bernard pour être honnête et pour ne pas faire ça dans son dos) pour raconter ce qu'il s'était passé. Dans ce mail, j'ai également mis les copies d'écran des SMS échangés pour ne pas qu'on puisse dire que j'en faisais trop ou que j'inventais.

Seulement, je me suis rendu compte à ce moment là que la solidarité n'existait pas dans la Charette et que la plupart des gens ne voyaient que l'argent qu'ils y gagnaient... pathétique. Sur les 6 personnes concernées, seules deux ont répondu pour donner leur avis, les autres (y compris celui qui m'avait conseillé de faire le mail) ont gardé le silence alors même que ce mail était l'occasion d'expliquer à Benrard qu'il fallait qu'il arrête de se comporter comme le roi du pétrole. 

Bref, je m'égare, mais je dois dire que c'était une réelle déception et que j'ai vu la Charette sous un autre angle après ça.

Le plus important dans l'histoire c'est que Bernard a répondu et comme vous l'imaginez, maintenant que vous commencez à le connaître, sa réponse a été gratinée. Pour faire court, cette fois il m'a traité de menteur malgré les copies d'écran de SMS (ah oui je me suis amusé à les falsifier pour le faire passer pour le méchant), de fille parce que je préférais en parler à tout le monde plutôt qu'avec lui seul (je pensais que l'échange des SMS comptait comme une discussion entre nous... Il faut croire que non).

"Action réaction" telle est la devise de mon ami Bernard qui répond toujours par des insultes et des menaces.

 

Les messages

Comme d'habitude, parce que je ne veux pas inventer des histoires et que je souhaite que vous puissez constater les échanges par vous-même (Les phrases et les mots que j'utilise ne remplaceront jamais ceux de Bernard lui-même), voici les copies des mails :

Message que j'ai envoyé :

 messageFlorent_1.png

messageFlorent_2.png

messageFlorent_3.png

messageFlorent_4.png

messageFlorent_5.png

 

Message de réponse de Bernard :

messageBernard_1.png

messageBernard_2.png

messageBernard_3.png

messageBernard_4.png

messageBernard_5.png

messageBernard_6.png

 

La conclusion

Je précise que personne n'était au courant qu'il avait un impératif, et d'ailleurs il demande toujours à partit plus tôt que l'heure officielle (17h15), à croire qu'il a tous les jours des impératifs ?

Quand j'ai vu ça, j'ai préféré ne pas répondre, de toute façon il n'y a pas moyen de discuter avec les gens comme ça. Je n'ai effectivement pas non plus discuté avec lui en tête à tête parce que ce n'était pas le but de ce mail et je ne voyais pas en quoi cela pouvait arranger les choses...

Et depuis, et bien il n'y a plus de contact entre nous et je tiens à préciser que ça vient de lui. Pour ma part, je considère ça comme du passé et j'ai déjà passé l'éponge ; à priori pas lui. Pourtant il me semblait que c'était lui qui était plutôt en tort, enfin façon de parler.

Comme quoi chez Bernard, avoir raison et rester droit dans ses bottes c'est une question de principe, et ce, même quand il a tort.

Commenter cet article