La part des choses

" Mais regarde-toi bon sang !!! Ouvre les yeux, juste une seconde. Regarde-moi dans les yeux et ose me dire encore une fois que cette fois c'est la fin, que plus rien ne changera et que de toute façon ça sert à rien de se battre... Soutiens mon regard, sans ignorer mes appels à l'espoir ou mes preuves qui te montrent que tu as tort.

 

Je sais que c'est dur, que parfois la vie ne nous fait pas de cadeau. Je comprends que cette série noire puisse te briser moralement, qu'elle a été le début de tout et que tu n'arrives pas à t'en remettre. Je peux accepter qu'à certains moments tu craques un peu et que tu sois triste... Mais ce qui me gêne c'est ton absence dans la lutte, c'est cet abandon de tout, et surtout de toi-même, c'est ce laisser-aller qui te sied si mal, toi qui a toujours été un battant, qui a toujours puisé ta force dans les personnes qui ne croyaient pas en toi et dans les moments de doute.

 

Où se cache cette volonté de révolte ? Cette envie de se battre contre vents et marées ? Qu'as tu fais de ce positivisme aigu qui te caractérisait même dans les moments les plus difficiles ? Où est passé le vrai toi ?

 

Je sais ce que tu vas me dire, que tu es fatigué de te battre seul contre tous, que tu ne peux pas lutter indéfiniment sans avancer, que tu n'en peux plus et que tu ne vois pas ce qui pourrait te donner l'envie d'essayer à nouveau.

 

Mais regardes, tu n'es pas seul, vois les personnes qui t'entourent et qui sont là pour toi. Tu te plains d'être seul ? Mais comment peuvent-elles t'aider si tu ne cries pas à l'aide ? Si tu es trop fièr pour leurs dire que ça ne va pas et que derrière cette façade, il y a une personne brisée, détruite qui n'y arrive plus. Les gens qui t'entourent ne sont pas devins et ils ne peuvent pas voir à travers les murs Alors si pour une fois au lieu d'écouter, tu prenais la peine de leurs parler de toi, de ce que tu vis et que tu ressens... Ils n'attendent que ça tu sais. Ils ne se moqueront pas, ne te jugeront pas, et n'en ont pas rien à faire comme tu peux le penser. Tu as une drôle de façon de concevoir les relations humaines et notamment l'amitié. Tu ne veux que donner et aider, quitte à prendre les souffrances des autres, mais tu ne trouves pas normal d'en faire de même pour toi ; n'y a t'il pas une sorte d'illogisme dans ta réflexion ?

 

Tu peux être soutenu, bien plus que ce tu crois, mais pour cela il te faut enlever ta carapace et t'ouvrir, te montrer tel que tu es et non pas tel que les autres voudraient te voir.

 

 Et pour une fois, arrête de dire que tu n'avances pas... Si au lieu de te fixer sur ce qui ne va pas, tu osais t'écarter et regarder tout autour, tu te rendrais compte de tout ce que tu as réussi, du chemin que tu as parcouru depuis le début et ce n'est pas rien. Moi qui t'aies suivi depuis le début je peux en témoigner, et je te le dis sans fausse modestie, tu peux être fier de ton parcours. Bien sûr qu'il n'est pas parfait, qu'il a subit des bifurcations et des détours, des sprints puis des marches-arrière, mais tu ne t'es jamais perdue malgré les obstacles et tu as su rester toi tout en progressant. Tu ne t'es jamais renié et c'est bien ça le plus important !!! Alors maintenant, il faut que tu stoppes ce réflexe systématique de te cacher derrière tes echecs pour refuser la réalité confondante de ta réussite générale. Il n'y pas de hasard, pas de chance, ou plutôt, la chance et le hasard se provoquent, il faut aller les chercher et ce n'est pas en restant là à te morfondre sur certains éléments négatifs que tu vas forcer le chance. Il faut travailler plus dur quand ça ne va pas, se donner les moyens d'avancer, ce que tu as toujours su faire jusqu'à présent.

 

Alors ouvre les yeux, MAINTENANT !!! Et regarde-toi, apprends à faire la part des choses et à distinguer le positif des situations. Allez, OUVRE LES YEUX, REGARDE-MOI, je veux te l'entendre dire que tu es quelqu'un de bien et que les choses vont s'arranger si tu reprends ta marche en avant...

 

OUVRE LES YEUX... "

Commenter cet article