Fou ta doudoune !!!!

Continuons dans le monde pas si normal de la Charette avec un second épisode que je n'ai pas vécu personnellement mais qu'un ami de la Charette (si si ça existe, y'a quand même des personnes sympas dans la Charette)  m'a raconté de vive voix. Pour plus de réalité, il m'a également fait partager les mails qu'ils ont échangé avec Bernard (et oui Bernard est tourjours dans les bons coups). Quand je dis que je n'ai pas vécu l'histoire, je précise tout de même que j'étais dans la voiture, mais la polémique a pris forme en aparté.

 

Petit rappel sur les gabarits  

Dans le cadre de la charette Orléans-Tours, nous étions 7 à l'époque de cette histoire, mais il arrive bien souvent que nous ne soyons pas au complet. Il y avait donc 5 personnes ce jour là avec peu de gabarits imposants :

  • Une fille d'1m60 et fine, c'est elle qui monte la plupart du temps au milieu lorsque nous sommes 5.
  • Quatre garcons dont un avec un gabarit plus imposant que les autres de par sa taille, mais au niveau de la largeur, les quatres personnes sont à peu près de même gabarit.

 

Le principe de base

Le principe de base veut qu'à cinq on ne fasse qu'une seule voiture afin d'optimiser les trajets et de faire conduire le moins souvent possible les personnes, quitte à être un peu serré de temps en temps à l'arrière... Dans l'idée, on répartit les gabarits de façon à mettre le gabarit le plus important à l'avant afin que les trois personnes derrière ne soient pas trop mal installées (ou tout du moins un peu moins mal). 

 

Il s'agit bien entendu d'une règle tacite de savoir-vivre qui n'est nullement stipulée quelque part.

 

 

Les protagonistes

Bernard, le retour ; vous l'aurez compris, une bonne histoire de la Charette ne peut se vivre que si Bernard est présent sans quoi tout est plus triste. En ce qui concerne les gabarits et leur répartition, Bernard a la facheuse habitude de monter très souvent devant (pour ne pas dire toujours) quel que soit le nombre de personnes dans la voiture. A croire qu'il pense avoir un gabarit plus imposant que les autres... Alors certes, il est plutôt musclé (merci le profil Copain d'Avant où il pose torse nu avec des copains... bien marrant d'ailleurs ce profil), mais cela ne se voit pas vraiment car ça ne fait pas vraiment gonflette. Il n'est donc pas plus large que les autres et s'octroie au final un passe-droit parce que personne n'ose jamais rien lui dire.

 

Le second intervenant est celui qui m'a raconté et transmis les mails, appelons-le Edouard. Lui est plutôt le genre de personne qui ne se fâche avec personne, qui aime bien plaisanter. Une personne très agréable qui a tendance à mettre une bonne ambiance partout où il passe.

 

L'histoire

Ce matin-là, nous étions donc cinq. Avec Edouard, nous sommes toujours les deux premiers à arriver au point de rendez-vous car nous considérons que 7h30 c'est l'heure du départ et non pas l'heure de l'arrivée.

 

C'est notre demoiselle de la Charette qui conduisait, elle possède une C4. Une voiture pas très grande pour trois adultes derrière mais pour un trajet d'1h15 cela reste viable sans trop de souci. Edouard monta devant en tant que premier arrivé. De toute façon pusique nous étions quatre à peu près du même gabarit, la différence de place était minime pour les trois personne à l'arrière. Je m'installai à la place la moins confortable, c'est à dire celle du milieu, en me disant qu'il fallait bien y passer de temps en temps et que ça changerait au retour. le voyage se passa sans aucun souci, personne ne dit rien, et il n'y eut pas la moindre plainte.

 

C'est une fois arrivé au travail que tout commença. Bernard, en tant que responsable du site de la Charette, envoya son mail quotidien pour indiquer le(s) conducteur(s) du lendemain en précisant qu'il serait bien de respecter les gabarits dans les voitures de cinq. Comme vous connaissez un peu Bernard, vous vous doutez bien que le mail était des plus agréables (sans être non plus trop trop agressif...)

 

Edouard qui compris tout de suite que le message lui était personnellement destiné, répondit par mail à Bernard en lui faisant remarquer que les quatre gabarits masculins se valaient et donc que se retrouver lui à l'arrière n'aurait pas changé grand chose. Il se permit de rajouter que pour le bien de toutes les personnes à l'arrière, il fallait que celles-ci enlèvent leurs gros manteaux qui rajoutaient de la largeur. En faisant ça, Edouard faisait gentiment remarqué à Bernard que la Doudoune qu'il ne retirait jamais dans la voiture prenait de la place...

 

Bernard en tort ne sut pas vraiment quoi répondre, alors il fit ce qu'il maîtrisait le mieux agresser et menacer en pretextant qu'Edouard n'était pas bien vu par les autres dans la Charette et qu'il risquait de se faire virer du co-voiturage avec son comportement. Pour être honnête, personne n'a jamais pensé ça dans la Charette et s'il y avait eu quelqu'un à exclure de la Charette, je peux vous assurer qu'Edouard n'aurait pas été le premier nom à sortir...

 

Edouard, conscient que cette histoire prenait des proportions trop importantes, proposa à Bernard de parler de ça de vive voix ; ce que ce dernier refusa, prétextant avoir trop de boulot, chose peu crédible pour quelqu'un qui veut toujours partir plus tôt le soir...

 

Les messages

Comme d'habitude, je vous laisse les messages qu'Edouard et Bernard se sont envoyés afin que vous puissiez constater par vous-même.

Message de Bernard à tous les membres de la Charette :

CharetteStory 1 1

CharetteStory 1 2

 

Réponse d'Edouard (seulement envoyée à Bernard) :

CharetteStory 2 1

CharetteStory 2 2

 

Réponse de Bernard :

CharetteStory 3 1

CharetteStory 3 2

CharetteStory 3 3

 

Réponse d'Edouard :

CharetteStory 4

 

Et enfin, fuite de Bernard :

CharetteStory 5

 

La conclusion

Parce qu'avec Bernard les conclusions sont toujours bonnes, après ce mail, il n'a jamais redonné de nouvelles à Edouard, contrairement à ce qu'il avait annoncé dans son mail. Edouard a donc classé l'affaire mais m'a envoyé cette série de mails et c'est une histoire qui nous a beaucoup fait rire. Contrairement à mon histoire, il n'y a pas eu d'insultes donc après un petit moment Bernard s'est même remis à parler avec Edouard. Comme pour la première publication, cela prouve l'ouverture d'esprit de mon ami Bernard et sa façon de penser qu'il est le centre du monde.

 

Pour son profil sur Copains d'Avant, même s'il vaut le coup d'oeil (c'est quand même bien drôle), non pas la peine d'insister, je ne vous le donnerai pas (vous vous rappelez, l'anonymat...).

Commenter cet article